LES SUJETS

Où vas-tu dans le monde

Où vas-tu dans le monde


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Par Jesús González Pazos

Eh bien, à partir de l'opportunité, et d'une certaine légitimité, qui vient de faire partie d'une organisation de solidarité et de coopération internationale, nous essayons d'ajouter à cette ligne de réflexion sur où va ce monde alors que nous venons de changer de calendrier.

Dans un article précédent, nous avons exposé la considération d'être entré, éventuellement, dans la fin du cycle néolibéral et comment cela s'est manifesté avec plus de preuves en 2016, même si cela vient d'un peu plus loin. Affirmation basée sur des faits tels que les révoltes politiques et sociales qui se sont produites contre ce système, en particulier dans la première décennie du siècle actuel en Amérique latine et qui, remettant profondément en question ses bases de domination, ont ouvert des voies nouvelles et possibles qui sont encore en construction théorique aujourd'hui et la pratique (personne n'a dit que cela allait être facile, n'est-ce pas). Cette affirmation se fonde aussi, et ces dernières années, sur les protestations successives enchaînées dans les pays du sud de l'Europe, car ils subissent les plus dures conséquences de la crise de ce modèle dominant, conséquences non seulement économiques, mais aussi politiques, sociales et idéologiques. . Mais cette affirmation de la fin du cycle néolibéral s'appuyait aussi sur les actions des majorités silencieuses de l'année dernière, celles qui ne descendent pas dans la rue, mais qui souffrent depuis des années des rigueurs de ce système que, nous pouvons appellent déjà celle de la mondialisation des inégalités. Eh bien, cet ennui est montré par ces majorités silencieuses dans les votes et les référendums qui, au-delà de la rupture des sondages, reflètent l'effondrement du conformisme passif auquel ils ont été induits et la fatigue contre les élites économiques et politiques établies (l'establishment) qui contrôlent aujourd'hui différents pays.

À partir de là, le futur immédiat s'ouvre vers des options diamétralement opposées. Ou nous avançons vers la construction de sociétés plus justes, où la répartition inégale des richesses et sa conséquence la plus directe, l'effondrement brutal des sociétés dû à l'inégalité, est un cauchemar oublié; ou, au contraire, ils optent pour des solutions néo-fascistes qui approfondissent cette voie, comme semble nous l'assurer la montée généralisée de l'extrême droite et de l'extrême droite. Mais, en tenant compte de tout cela, concentrons-nous maintenant sur cette revue annoncée de la situation que nous avons citée au début comme objectif de cette rédaction.

Le Brexit en Grande-Bretagne, le référendum en Italie, l'élection de M. Trump aux États-Unis, et quelques autres «frayeurs» ont été des informations chargées du passé qui remettaient en question les mêmes structures du système politique et social et qui fait trembler en 2016. Les mesures protectionnistes commencent à regagner des espaces précédemment perdus, tandis que la critique du libre marché et de son pouvoir absolu augmente; l'Etat regagne du terrain face à l'orthodoxie néolibérale. Ainsi, ce qui nous a été récemment présenté comme la panacée de la croissance économique, que sont les innombrables accords de libre-échange que les transnationales dictaient aux gouvernements, commence aujourd'hui à être remis en question même par une partie de ces mêmes élites. Et dans toute cette situation de contestation et de contestation des fondements du système, bien que nous essayions de cacher et de minimiser, les différentes sociétés ont joué un rôle énorme. D'énormes mobilisations comme elles ne l'ont pas été depuis de nombreuses années (contre l'austérité brutale et pour une vie digne en Grèce, contre ces mêmes accords de libre-échange que nous avons mentionnés auparavant dans toute l'Europe, etc.) sont revenus pour marcher dans les rues et se sont beaucoup remis. de dignité gâtée par le néolibéralisme. Bien qu'elles ne se soient pas toujours transformées en victoires politiques, elles ont fourni des éléments importants pour les questions essentielles, pour la critique nécessaire, pour avancer dans la génération d'alternatives au modèle.

Mais dans cette analyse de la situation, d'autres réalités qui étaient invisibles en 2016 doivent également être prises en compte. Les guerres en Syrie, Palestine, Irak ... continuent de remettre en cause des responsabilités cachées, notamment de la part des autorités européennes et américaines ". Ces mêmes qui construisent de grandes proclamations en faveur de la démocratie et des droits de l'homme de tous les peuples, mais continuent d'ignorer, et dans de nombreux cas condamnés à mort, des milliers d'êtres humains qui meurent aux portes de la vieille Europe ou dans la plus grande masse grave dans l'histoire que la mer Méditerranée est devenue. Et tout cela en cachant leurs responsabilités dans ces mêmes guerres; ils continuent de profiter de la vente d'armes à toutes sortes de prétendants, ils continuent d'alimenter les affrontements et ils continuent de réprimer la solidarité.

Les réalités invisibles sont aussi d'autres guerres au Yémen, en Libye, en Somalie, au Congo ... et puisque nous sommes ici, mentionnons l'invisibilité de tout un continent comme l'Afrique. Là où les transnationales occidentales, avec le ferme soutien de leurs gouvernements, continuent de piller et d'alimenter les guerres pour réaliser uniquement et exclusivement des profits accrus.

Cependant, il y a un côté positif à cet équilibre, qui à son tour représente une base optimiste pour les temps à venir. Nous avons déjà signalé les grandes mobilisations en Europe qui ont remis en cause le modèle, mais il faudra souligner et être fier de la solidarité et de la revendication de droits que la majorité de la population de ce vieux continent exprime quotidiennement par cette population en marche en Europe depuis l'expulsion de leurs territoires par les guerres ou l'appauvrissement enraciné. Il est vrai que la montée de l'extrême droite est indéniable et peut nous conduire à des moments très difficiles, mais divers mouvements sociaux se sont également renforcés en 2016 qui témoignent d'une certaine revitalisation de nos sociétés. Certaines, comme la féministe, ont résisté au mirage de l'égalité des femmes dans cette même Europe, ont dit clairement que l'équité n'est pas encore réelle et, surtout, elles proclament chaque jour que le machisme et les machistes tuent les femmes et qu'il faut en finir avec une. et l'autre, déconstruisant ainsi cette société patriarcale.

D'autre part, et en traversant les océans, il faut se remettre de l'intéressé en oubliant que l'Amérique latine et ses grandes majorités continuent aujourd'hui de construire différentes théories et pratiques qui cherchent les voies vers des sociétés plus justes. Cela met en discussion d'anciens et de nouveaux concepts tels que Good Living, l'économie communautaire, la reprise du rôle de l'État dans l'économie ou le fait qu'il existe d'autres modèles d'États possibles qui dépassent l'État-nation traditionnel, etc. Mais même dans des pays aussi centraux que les États-Unis, malgré l'âge sombre qui pourrait venir avec D.Trump, des espoirs sont élevés pour de nouvelles approches telles que, au moins, le discours de rénovation de Bernie Sanders en tant que candidat démocrate potentiel et ce qu'il a suscité autour de lui . Pour tout cela et bien plus encore, nous pouvons dire qu'il y a des options, qu'il y a des possibilités pour 2017 d'être intéressante.

Et si quelqu'un est tenté de lire cet article à sa disqualification facile en soulignant qu'il suinte une idéologie remplacée par l'histoire, nous vous épargnons l'effort. Bien sûr, ce texte renverse l'idéologie en elle-même, celle qui recherche l'égalité et la justice sociale, une vraie démocratie à laquelle de plus en plus de personnes prennent une part active, celle du vrai respect de tous les droits pour tous et tous, pas seulement pour quelques-uns. Beaucoup pensaient il y a seulement deux décennies que la fin des idéologies était arrivée et ils proclamaient à leur tour la fin de l'histoire, soulignant qu'à partir de ce moment, il n'y aurait plus de lutte idéologique. C'étaient les années heureuses du triomphe, on le croyait absolu, du néolibéralisme. Aujourd'hui, quelques décennies plus tard, nous discutons de son sombre avenir immédiat. Mais nous soutenons aussi qu'aujourd'hui le risque réside précisément dans la désidéologisation que certains prétendent pour que le néo-fascisme, aux multiples visages, puisse à nouveau gouverner le monde en cette année que nous venons de commencer. Pour toutes ces raisons, nous vous souhaitons une bonne année, que nous sachions la charger d'idéologie.

Alainet


Vidéo: Megadeth - A Tout Le Monde (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Shakat

    an Important answer :)

  2. Ambrose

    Je suis prêt à vous aider, à poser des questions. Ensemble, nous pouvons trouver la décision.

  3. Faegis

    Je veux dire que vous n'avez pas raison. Entrez, nous en discuterons. Écrivez-moi dans PM, nous allons le gérer.

  4. Kayde

    Félicitations, une très bonne idée

  5. Vujar

    Certainement la réponse parfaite

  6. Menzies

    J'espère qu'en raison de la qualité, j'attraperai le sens!



Écrire un message