LES SUJETS

Ceux qui soutiennent la vie

Ceux qui soutiennent la vie


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

«Les réseaux paysans sont vitaux pour la survie, ils soutiennent la vie de la majorité des habitants de la planète et sont aussi ceux qui prennent soin de l'eau, du sol, des forêts et de la biodiversité, tout en continuant à produire une énorme diversité d'agriculture et animaux. élevage. "

L'un des plus grands mythes du système dominant est que pour nourrir la majorité de la population, nous avons besoin d'une agriculture industrielle, avec des niveaux élevés de technologie, de machines, de produits agrochimiques, de semences «améliorées» et de monocultures. Et que pour que la nourriture atteigne partout, nous avons également besoin de systèmes industriels pour le stockage, la distribution, le transport, l'emballage et les ventes à grande échelle.

Il va sans dire que tout cela existe déjà, et que bien que la production alimentaire mondiale soit beaucoup plus importante que nécessaire pour nourrir l'ensemble de la population mondiale maintenant et en 2050, 800 millions de personnes souffrent de la faim et 3 autres milliards souffrent de malnutrition et / ou obésité. La chaîne industrielle de production et de vente de denrées alimentaires génère bien plus de problèmes qu'elle ne prétend en résoudre, mais c'est une grosse affaire pour les multinationales qui la dominent. Ils profitent de la vente de denrées alimentaires - dont 75 pour cent sont de qualité nutritionnelle médiocre ou douteuse - et ils ne paient pas non plus les dommages qu'ils causent: pour chaque peso que nous payons directement en produits alimentaires industriels, la société (c'est-à-dire nous en collectif) paie encore deux pesos pour remédier aux atteintes à la santé et à l'environnement.

Tout cela ne date pas d'hier: bien que l'agriculture ait plus de 10000 ans, la dégradation a commencé il y a environ 50-60 ans et c'est au cours des 30 dernières années que l'invasion de l'alimentation industrielle s'est concentrée et accélérée, en même temps que multinationales, ils ont repris les principaux maillons de la chaîne, des semences aux supermarchés. Au cours des 10 000 dernières années, l'agriculture, une création de femmes autochtones, était une source d'aliments sains qui, dans la grande majorité des cas, travaillaient aux côtés de la nature.

Cependant, malgré l'invasion de l'alimentation industrielle et les dégâts qu'elle provoque, ce sont toujours les réseaux paysans qui nourrissent la majorité de la population mondiale: paysans et indigènes, pêcheurs artisanaux, jardins urbains et agriculture de basse-cour. Avec moins de 25% des terres et de l'eau en moyenne mondiale, ils atteignent plus de 70% de la population mondiale. Aussi ceux qui souffrent de la faim et de la malnutrition, parce que le peu qu'ils ont à manger, ils ne peuvent pas se le permettre et seuls les réseaux paysans sont prêts à partager la nourriture. Mais les réseaux paysans sont pauvres et ne disposent pas de suffisamment de terres et de ressources.

Rien de ce qui est planté aujourd'hui pour nous nourrir n'était le même dans son origine: toutes les graines qui sont cultivées étaient un processus de création collective, à base de plantes sauvages, d'un va-et-vient entre paysannes et la terre, avec le les semences et leur environnement, avec la communauté. Prendre soin du sol et de l'eau fait partie du même processus, car il n'empoisonne ni ne détruit la base de ce qui nous nourrit. Toutes les semences que l'industrie prétend avoir produites sont à base de semences paysannes, sans lesquelles rien de ce qu'elles vendent n'existerait. Par conséquent, tous les brevets que revendique l'industrie agricole sont en réalité un vol de biens communs, du patrimoine alimentaire que les paysannes et indigènes ont créé, pour le bien de toute l'humanité, non pour le privatiser.

Un autre mythe lié à celui selon lequel nous avons besoin de l'agriculture industrielle pour nous nourrir est que c'est l'industrie qui est capable d'innover, et qu'en raison du long processus de recherche et développement d'une semence, ils doivent la breveter pour récupérer l'investissement. . La vérité est que ceux qui innovent réellement et créent de nouvelles variétés en continu, adaptées à des centaines de climats et à des milliers de situations géographiques, écosystémiques et culturelles, sont les paysans. Dans les grandes banques de semences, il existe actuellement plus de deux millions de variétés de cultures paysannes, de plus de 7 000 espèces. Le réseau campesino gère également entre 50 000 et 60 000 espèces sauvages. De son côté, la chaîne industrielle a enregistré au titre de la propriété intellectuelle quelque 100 000 variétés de plantes au total. Sur ces 56 pour cent ne sont pas des aliments, ils sont ornementaux pour l'industrie de la fleuristerie. Parmi les autres, ils n'ont travaillé qu'avec 137 espèces, mais 86 pour cent de ce qu'ils produisent sont concentrés sur seulement 16 cultures.

Il existe de nombreux autres exemples qui révèlent le mensonge des mythes qui veulent nous faire croire que nous avons besoin de la chaîne agroalimentaire, dont certains que nous essayons de révéler dans le rapportQui va nous nourrir?(Groupe ETC, novembre 2017). Il est encore plus important de comprendre que les peuples autochtones et paysans, à la campagne et en ville, sont fondamentaux pour l’avenir de tous.

En plus de poursuivre la tâche collective de nourrir la majorité des gens, ils sont généralement en situation de harcèlement et d'attaque pour les déplacer de leurs territoires, prendre leurs terres, exploiter leur eau ou l'empoisonner avec divers mégaprojets. C'est pourquoi chaque acte de résistance a une signification bien plus que locale et requiert notre attention et notre solidarité, mais aussi est directement lié à la vie de chacun.

* * * Les données mentionnées dans cet article font partie du rapportQui va nous nourrir? Le réseau alimentaire paysan ou la chaîne agro-industrielle? (Groupe ETC, nov.2017) qui propose de répondre à 24 questions liées à qui produit de la nourriture, qui ordure, qui contrôle l'eau, qui prend soin de la biodiversité, qui protège les droits de l'homme et autres. Il peut être téléchargé sur http://www.etcgroup.org/es/node/5941

Source: Soyons mal informés


Vidéo: MÉLANIE DEDIGAMA POUSSE UN GROS COUP DE GUEULE CONTRE LES GENS QUI CRITIQUENT SON POID! (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Minh

    Dites-nous que vous avez vous-même écrit ou emprunté à quelqu'un, si vous-même, alors c'est une opinion plutôt intéressante

  2. Hardwyn

    Et les Suisses, et la Reaper, et en général, foutu. La chose la plus étonnante à propos des chanteurs pop est qu'ils chantent la bouche de la même manière ... des plats frais, mais il est difficile de combattre ce que vous réchauffez sur votre poitrine, cela grésillera toute votre vie. Il est très facile de rendre une femme heureuse. Seulement cher. Rien ne réchauffe l'âme comme la bière froide ...

  3. Bryne

    À merveille, ce sont des informations divertissantes

  4. Hay

    Vous n'êtes pas correcte. Je peux défendre la position. Écrivez-moi dans PM, nous parlerons.

  5. Abdul-Samad

    C'est dommage que je ne puisse pas parler maintenant - je dois partir. Mais je reviendrai - j'écrirai certainement ce que je pense sur cette question.



Écrire un message